-A +A
Site stratégique du Mur de l’Atlantique, les vestiges du Bégo témoignent de notre histoire

Amateurs ou passionnés d’histoire, visitez le site du Bégo à Plouharnel en Bretagne Sud. Ces vestiges du Mur de l’Atlantique témoignent de la Seconde Guerre Mondiale, découvrez-les ! 

Site témoin de la Seconde Guerre Mondiale

Le site du Bego compte près de 180 ouvrages bétonnés disséminés dans la dune de Plouharnel. Cette ligne défensive côtière a rempli une double mission pendant la seconde guerre mondiale : protéger la rade de Lorient et les U. Boat de l’amiral Dönitz et prévenir un éventuel débarquement des troupes alliées sur la façade atlantique. En lien direct avec la base de sous-marins allemande située à Keroman à Lorient, le site comprend quatre cuves à canon de 340B mais aussi une tour de tir de 20 mètres, des Tobrouk et de très nombreux bunkers et blockhaus.

La plus puissante batterie du Mur de l’atlantique

Retenue dès 1940 pour accueillir cet important dispositif de défense, Plouharnel dispose de 1 400 hectares de dunes, déjà servitudes de tirs et vierges de toute habitation. Au printemps 1941, la construction de la batterie démarre. On fait appel à la main-d’œuvre locale mais aussi étrangère, ouvriers volontaires, prisonniers de guerre, déportés… Deux années et 2000 personnes seront nécessaires à la réalisation de cette batterie. Un modèle de l’ingénierie militaire allemande ! Imaginez une armée de travailleurs à l'ouvrage. Une ferme installée sur la dune produit sur place la nourriture nécessaire, animaux et légumes. Le 13 mars 1944, le maréchal Rommel en inspection en Bretagne, fait une visite du site, intégré au Mur de l’Atlantique en mars 1942. Cette ligne fortifiée s’étend sur 4 500 km de côtes et concerne 6 pays : la Norvège, le Danemark, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique et la France. Viendront renforcer les défenses du site,  des milliers de pieux de bois, appelés asperges de Rommel mais aussi des champs de mines afin de dissuader un débarquement. La visite du « Renard du désert » sur la dune de Plouharnel démontre l'importance stratégique du site.

Lieu de mémoire

De cet ensemble militaire, il reste aujourd'hui la quasi-totalité des bunkers qui ont abrité 700 soldats allemands. Chaque emplacement compte une citerne de 50 m3, un abri pour groupe électrogène, des réserves de munitions, un abri pour 60 servants. Sur la dune, la tour d'observation de tir, un ouvrage qui culmine à 20 m, se voit de loin. Des visites commentées sont régulièrement proposées par l’office de tourisme de Plouharnel.